29 juin 2007

Interdit de parole

Grâce à un billet de radio libre, je découvre « Fernand » une chanson de Brel que je ne connaissait pas. Certains textes ça m’amuse de les lire, je fais donc une petite recherche google. Je tombe sur le site paroles.net et voilà ce qui est affiché :

Texte Interdit

Ce texte n'est plus hélas disponible sur Paroles.Net

Les "Editions Jacques Brel" et les ayant-droits de l'auteur
m'ont demandé le 04/06/2007 de ne plus le diffuser sur Internet

.

Je n’ai pas de mots pour exprimer mon profond mépris pour les « ayant droits ». Comment peut-on s’abaisser à une pratique aussi minable. Quel est le but poursuivit à part emmerder le peuple. Bientôt, ils vont copywriter les mots utilisés par Brel. C’est vraiment du n’importe quoi. Je conclurais avec Brel: Les bourgeois c’est comme les cochons plus ça devient vieux plus ça devient bête, les bourgeois c’est comme les cochons plus ça devient vieux plus ça devient c***.

PS : J’espère que les ayant-droits ne m’intenterons pas un procès pour utilisation abusive des paroles de Jacques Brel ;-)

9 commentaires:

Denis a dit…

Dès 1996 Thérèse dite Miche Brel, sa femme dévouée qui gérait la boutique et les enfants pendant que Jacques courrait les filles et les cachets, s'est efforcée avec l'aide de ses filles de faire respecter les droits liés à l'exploitation de l'oeuvre de Brel.

Il est après ça assez amusant de lire l'interview de Chantal (elle tient la Fondation) sur le concept du "Jacques Brel n'appartient à personne, sauf peut-être à son public".

Avec la politique actuelle de la famille Brel le grand Jacques risque de disparaître des mémoires jeunes d'ici à 10 ans.

Ø a dit…

Vous êtes protégé par le droit de citation...

Imaginons ceci :
Vous êtes sorti (brillamment bien sur) de l'IHECS.
Votre talent fait que vous écrivez un article qui marque, un dont tout le monde parle.
Quelques secondes après publication, il se retrouve intégralement sur quantité de blogs et autres sites internet. Il génère traffic intense et rémunérations diverses pour ces sites.
Vous êtes en droit de vous dire : "Merde, de quels droits ces gens qui se sont juste donnés la peine de faire un copié-collé de mon article gagnent-ils de l'argent avec le fruit de la sueur de mon front et que moi je n'en ai rien en retour. C'est dégueulasse..."
Sans doute ne seriez-vous pas des plus content.
Vous pourriez aussi vous dire : "Je m'en fous, ça me fait connaitre", mais je crois que cela ne durera si cela se reproduit souvent
C'est la même chose avec les paroles de Brel ou de tout autres auteurs.

Tom a dit…

@O: Il existe une super licence qui permet a quiconque de reprendre un contenu à condition de ne pas en faire un usage commercial: creative commons.

Ensuite dans le cas précis des paroles de chansons, ça ne porte pas préjudice aux chanteurs. Au contraire ça fait de la publicité pour la chanson en question.

Et dans le cas précis de Jacques Brel, les "ayant-droits" ont largement de quoi se remplir les poches déjà remplies par des compiles en tout genre, toutes les expos et autres. En plus, Ils ne se feront jamais de l'argent en vendant les paroles de Brel (ou bien très peu).

Bref je continue à ne pas trouver de justification à une telle attitude.

Ps : Je suis rassuré d'être protégé par le droit de citation :-)

Ploum a dit…

Sans compter que l'auteur étant mort, lui n'a plus rien à dire. Il n'est pas logique que des "ayants droit" puissent faire fortune sans rien produire eux-mêmes.

Bref, une fois l'auteur mort, son oeuvre devrait faire partie du domaine public

LapinLove404 a dit…

Ø -> Mais c'est quoi ce délire ! ?

Le Grand Jacques est mort depuis près de 30 ans !

Quel mal peut on encore lui faire ? Que peut on encore lui voler ?

Quand mon père mourra, j'hériterai très probablement de sa maison, de ses biens et même de sa "fortune" mais je n'hériterai pas de son talent, de son expérience ni de son génie.

On ne vole rien à Jacques. On "vole" a des gens qui ont construit leur business sur un concept pervertis de "droit et propriété" intellectuelle.

Comme si mon cousin touchait encore des thunes aujourd'hui pour la mobylette que mon Grand-oncle garagiste a réparé il y'a 30 ans !

Et sincèrement, je pense que ce système, dans l'état actuel, est injuste et ne protège pas tant que ça les artistes...

Anonyme a dit…

Je suis plutot d'accord avec O..

Qu'on soit écrivain, journaliste, compositeur ou peintre, la propriété intellectuelle s'applique à tous.

Il y a des règles et des lois, celles ci doivent être respectées.
Ce n'est pas lors de l'application de celles ci qu'elles doivent être discutées, mais lors de leur élaboration.

D'autant plus qu'avec ce raisonnement, beaucoup de lois deviennent facultatives. J'ai envie d'organiser un barbecue dans ton jardin. Quel est ton intérêt de refuser sinon de m'emmerder ? tu allais rester à l'intérieur de toutes façon (il pleut en Belgique).
Ton jardin t'appartient, tu décides de ceux qui ont le droit de venir.
Les textes de Jacques appartiennent à ses héritiers, ils décident de qui peut les reproduire.

D'autant plus qu'il serait insultant de penser que tu n'es pas capable de trouver un deuxième site de paroles (tablatures, ..) qui a moins d'éthique et qui retranscrit ces textes..

Nic

Anonyme a dit…

Fernand
by Jacques Brel

Dire que Fernand est mort
Dire qu'il est mort Fernand
Dire que je suis seul derrière
Dire qu'il est seul devant
Lui dans sa dernière bière
Moi dans mon brouillard
Lui dans son corbillard
Moi dans mon désert
Devant y a qu'un cheval blanc
Derrière y a que moi qui pleure
Dire qu' a même pas de vent
Pour agiter mes fleurs
Moi si j'étais l'Bon Dieu
Je crois qu'j'aurais des remords
Dire que maintenant il pleut
Dire que Fernand est mort

Dire qu'on traverse Paris
Dans le tout p'tit matin
Dire qu'on traverse paris
Et qu'on dirait Berlin
Toi, toi, toi tu sais pas
Tu dors mais c'est triste à mourir
D'être obligé d'partir
Quand Paris dort encore
Moi je crève d'envie
De réveiller des gens
J't'inventerai une famille
Juste pour ton enterrement
Et puis si j'étais l'Bon Dieu
Je crois que je ne serais pas fier
Je sais on fait ce qu'on peut
Mais il y a la manière

Tu sais je reviendrai
Je reviendrai souvent
Dans ce putain de champ
Où tu dois te reposer
L'été je ferai de l'ombre
On boira du silence
À la santé d'Constance
Qui se fout bien d'ton ombre
Et puis les adultes sont tellement cons
Qu'ils nous feront bien une guerre
Alors je viendrai pour de bon
Dormir dans ton cimetière
Et maintenant bon Dieu
Tu as bien rigolé
Et maintenant bon Dieu
Et maintenant j'vais pleurer
Fernand
by Jacques Brel

Dire que Fernand est mort
Dire qu'il est mort Fernand
Dire que je suis seul derrière
Dire qu'il est seul devant
Lui dans sa dernière bière
Moi dans mon brouillard
Lui dans son corbillard
Moi dans mon désert
Devant y a qu'un cheval blanc
Derrière y a que moi qui pleure
Dire qu' a même pas de vent
Pour agiter mes fleurs
Moi si j'étais l'Bon Dieu
Je crois qu'j'aurais des remords
Dire que maintenant il pleut
Dire que Fernand est mort

Dire qu'on traverse Paris
Dans le tout p'tit matin
Dire qu'on traverse paris
Et qu'on dirait Berlin
Toi, toi, toi tu sais pas
Tu dors mais c'est triste à mourir
D'être obligé d'partir
Quand Paris dort encore
Moi je crève d'envie
De réveiller des gens
J't'inventerai une famille
Juste pour ton enterrement
Et puis si j'étais l'Bon Dieu
Je crois que je ne serais pas fier
Je sais on fait ce qu'on peut
Mais il y a la manière

Tu sais je reviendrai
Je reviendrai souvent
Dans ce putain de champ
Où tu dois te reposer
L'été je ferai de l'ombre
On boira du silence
À la santé d'Constance
Qui se fout bien d'ton ombre
Et puis les adultes sont tellement cons
Qu'ils nous feront bien une guerre
Alors je viendrai pour de bon
Dormir dans ton cimetière
Et maintenant bon Dieu
Tu as bien rigolé
Et maintenant bon Dieu
Et maintenant j'vais pleurer

Tom a dit…

@ Nic: Désolé mais ton analogie avec le BBQ est sans rapport.Tu mélanges le concept de la propriété privée et celui de la propriété intellectuel.

Quand à l'application aveugle de la loi, il y a matière à philosopher. Mais je trouve ça dangereux.

Le problème n'est pas de trouver le texte de Brel mais bien la démarche des héritiers.

@Anonyme: Merci :-)

Clic a dit…

Peut-être qu' "anonyme" est le ayant-droit en question ...et qu'il cupabilise...