13 avril 2007

Embarqué par la police egyptienne

Il ya deux jours je me suis fait arrêter par la police Egyptienne. Voici les faits

Je suis en train de prendre des photos de deux enfants des rues qui étaient en train de proposer du thé sur le square Tahrir, un lieu central de la ville. Soudain arrive un flic en civil à la mine patibulaire. Il demande les papiers aux deux gamins avant de les emmener. Il ne manque pas de donner une petite claque sur la tête du plus jeune. Je photographie plus ou moins discrètement la scène. Ensuite je quitte le square pour aller à un rendez-vous afin de prendre des photos dans des bars bien spécifiques. C’était sans compter le fait que 3 moustachus viennent m’arrêter et me demander (dans un anglais sommaire) ce que je fais avec mon appareil photo (ben je photographie…). Il me demande d’effacer toute ma carte mémoire. J’essaye péniblement de négocier seulement l’effacement des photos de l’arrestation, ça ne fonctionne pas. Je finis par obtempérer, trois heures de prise de vue à la poubelle, je peux vous dire que ça m’a fait ch***. Mais je me dis qu’au moins en collaborant ils me laisseront partir et ainsi être à temps à mon rendez-vous. Que nenni ! Embarqué au poste ! Pendant 2h30, ils m’ont posé des questions (un peu) et fait patienter (beaucoup). A aucun moment j’ai pu obtenir les raisons exactes de mon arrestation malgré mes questions. Je recevais pour toute réponse : Nothing wrong, you will leave in 5 min. 5 minutes qui se sont étendues à 2h30. Je pense que ce qui leur posait problème, c’est qu’ils n’ont pas très bien compris mon statut : étudiant ? Journaliste ? Officiel ou pas… A part m’avoir bousillé mon travail, m’avoir fait rater mon rdv et donc une série de photos les policiers ont été corrects avec moi (il faut soigner l’image du pays).

Cette petite expérience me fait dire que la liberté d’expression est encore toute relative en Egypte…

MAJ: Je viens d'apprendre que c'est dans ce commissariat qu'il y eu des viols d'activistes égyptiens Glups!

7 commentaires:

Mathieu a dit…

Salut,

Si tu n'as pas formaté ta carte ou stocké de nouvelle photo dessus, il est possible de récupérer les photos qui se trouvent sur ta carte.

http://www.cgsecurity.org/wiki/PhotoRec
http://www.durcommefaire.net/2006/10/27/626-photorec
http://www.libellules.ch/dotclear/index.php?2006/05/06/942-photorec

Fabrice Grosfilley a dit…

Les risques du métier. La vraie question, Thomas, si je peux me permettre, c'est plutôt ce que sont devenus les deux enfants, et la raison pour laquelle ils ont été arrétés...

laurent a dit…

courage à notre aventurier,

en espérant que tu ne finiras pas comme Daniel Pearl

Tom a dit…

@Mathieu merci pour l'info, je le saurai pour la prochaine fois...

@Fabrice: Tout à fait d'accord, mais ne parlant pas arabe et eux ne parlant peut ou pas anglais ils n'ont pas répondus à mes questions concernant les enfants.

@Laurent: N'exagérons rien :-)…Un étranger ne risque pas grand-chose en Égypte. Par contre un égyptien c'est une toute autre histoire.

Mateusz a dit…

Essaye de faire des photos de flics à Bruxelles... Je dis pas que tu vas te faire embarquer mais ils risquent pas de poser pour toi.

mizo a dit…

c'est l'Egypte. tu l'aimes ou tu la quittes! loool

FatimaAzZahra a dit…

Thomas est le grand aventurier de notre séjour au Caire. Disons que les étrangers que nous étions ne risquaient pas grand chose!!! Je me suis sentie en sécurité pendant ces deux semaines, sauf peut être le soir où j'ai failli me faire violer par un égyptien!!! J'ai failli ne jamais revoir la couleur du ciel...A part ces détails, c'était un séjour inoubliable!!! Hein, Thomas?