03 avril 2007

Pour qui allez vous voter en 2007?PS?

Voici l’interview qui clôture la série « pour qui allez vous voter en 2007 ? ». Je sais que idéalement je devrais aller voir les toutes petites formations (RWF, Vivant, PC, …) mais je n’ai plus le temps d’ici juin de faire encore de grandes et longues interviews qui demandent un temps et une énergie de fous. Il faut que je pense tout doucement à réussir mon année (dont un mémoire…Glups !)

Voici donc Elio Di Rupo. Vous allez tout de suite remarquer un changement de ton, en effet, j’ai décidé de le faire plus « cool » ce qui ne m’a pas empêché de l’embêter sur Charleroi et autres. L’interview est aussi plus longue que les autres cela est simplement dû au fait qu’Elio Di Rupo est celui qui m’a consacré le plus de temps (merci à Florence Copenolle, son attachée de presse, d’avoir trouvé le bon moment).

Est-ce qu’à certains moments je me suis fait « avoir » et un peu embobiné par le N1 Wallon ? Évidemment que oui ! Vous parlez 5 min avec Di Rupo, que vous avez déjà presque (je dis bien presque hein ;- ) ) envie de prendre votre carte de parti. Un homme intelligent, doublé d’un talent de communicateur…on comprend pourquoi il est là où il est.

PS : Je ne lui ai pas posé de question par rapport à son blog ; écoutez l’interview réalisée par Damien.

Part 1 : Introduction + le PS c’est quoi



Part 2 : Pressions fiscales







Part 3 : Institutionnel : la législation sur le travail

Elio Di Rupo nous explique pourquoi il n’est pas d’accord avec Johan Vande Lanotte.






Part 4 : Institutionnel : Les changements dans la constitution.



Part 5 : Institutionnel : Circonscription unique + Fusion PS/SP-A ?
Ici Di Rupo donne son avis sur la proposition du groupe Pavia qui prône la création d'une circonscription fédérale pour une partie du Parlement fédéral. Je ne peux que vous conseilliez d’aller sur leur site pour en savoir plus.



Part 6 : Elio premier ministre ?



Part 7 : Relation PS/MR



Part 8 : Ecologie : sortie du nucléaire



Part 9 : Et vous roulez dans quelle voiture ?



Part 10 : Charleroi et les affaires

A un moment je fais référence à un article que Jean-Paul Duchâteau a écrit sur son blog il est ICI.



Part 11 : Cumul des mandats

Petite explication sur l’hilarité d’Elio Di Rupo en début de vidéo. J’avais une première fois posé ma question dans laquelle je m’étais trompé : j’avais affirmé qu’il était parlementaire à la chambre. À la fin de la question, on arrive à la fin de bande et on doit mettre une nouvelle cassette. Je décide donc de reposer ma question, tout en voulant préciser mon erreur, et cela afin d’éviter de devoir chipoter au montage (Mais il a dû croire que je voulais masquer mon erreur). Comme dans cette version de la question je ne détaille pas les mandats d’Elio Di Rupo les voici : Bourgmestre empêché à Mons, Ministre président de la Région wallonne, Vice-président de l’international socialiste et président du parti socialiste.



Part 12 : Di Rupo ministre fédéral ?



Part 13 : Petit questionnaire de fin




Bonus track
Ou comment perdre toute crédibilité en 30 secondes :-)







Remerciement

Nico pour l'image
Loic pour le son
Pierre pour sa caméra

11 commentaires:

damien a dit…

Bravo Thomas ! D'abord de l'avoir fait et puis de jouer le jeu de la transparence sur la manière dont laquelle tu as réalisé cet entretien. Je connais dès confrères qui se damneraient pour avoir l'occasion de réaliser ce genre d'interview !

Vais aller regarder les vidéos n°3 et suivantes a à tête reposée

Liz a dit…

Réactif l'Elio, il en parle déjà sur son Blog. En tout les cas, bel entretien.

Tom a dit…

@Damien: j'attends tes impressions sur la suite...

@Liz: J'ai envoyé un mail à son attaché de presse hier ;-). Mais malgré tout plutôt réactif et élogieux avec ça...

tomy a dit…

Attitude bcp plus complaisante avec Di rupo. PQ?? Si tu choisi un ton d'interviews autant le garder durant tout tes entretiens. Dommage au vu de toute tes interviews celle de Di Rupo parait la plus complaisante. Alors séduit par l'homme ou parti pris?

Tom a dit…

@Tomy: Je suis en train de prendre de l'expérience, et je pense (ce qui n'était pas le cas il y a quelques semaines) que l'on peut être plus "cool" sans faire la carpette. Je pense avoir abordé les points qui fâchent ; taxation, Charleroi, le cumul des mandats...mais dans la bonne humeur. Après à toi d'exercer ton esprit critique pour voir si la réponse te convient ou pas. Maintenant comme je l’ai dit il y a certain moment ou j’aurais dû rebondir (notamment quand il compare la situation linguiste en Belgique à celle de l’Europe et ses 27 langues) mais je me suis un peu fait « avoir » par Di Rupo (et oui j’ai 4-5 mois d’expérience et lui c’est sa vie…). Et je ne pense mal faire (j’aurais dû plus le faire avec les autres) en le laissant simplement le temps d’exposer ses idées, ça permet sortir de la caricature. A l’avenir, c’est plus ce genre de ton que j’adopterai. Et non il n’y a pas de partis pris « Di Rupo », simplement une évolution personnelle.

Alain Destexhe a dit…

Bravo pour vos interviews des quatre chefs de parti. Votre blog est très impressionant, je vous ai mis en lien sur le mien,(destexhe.blogs.com), au plaisir de vous lire, Alain Destexhe.

Tom a dit…

@Alain Destexhe Merci pour le lien, j'ai aussi découvert votre blog depuis peu, il est très agréable de voir nos hommes politiques tenir des blogs et pas uniquement en temps de campagne.

Mateusz a dit…

Toutes mes félicitations... pas mal du tout. Et en plus, je suis content d'avoir vu et entendu Elio Di Rupo pouvoir longuement exposer ses idées... ce soir encore, avec un collègue on regrettait que la télévision et la radio ne laissait pas assez de temps à ses invités.

Karim Majoros a dit…

Quand di Rupo compare implicitement son cumul présidence de parti, Ministre-présidence wallonne et bourgmestre de Mons avec le cumul co-présidence de parti et bourgmestre, de Jean-Michel Javaux, il oublie de dire qu'Amay compte moins de 13.000 habitants contre 92.000 pour Mons. Pour gérer Mons, un temps-plein est plus que nécessaire. Pour une petite entité comme Amay, ce n'est pas le cas...

A propos des affaires, il y a Charleroi, il y a Namur, il y a Huy (clientélisme autour d'une lettre à un juge), il y a la douche d'Arena, il y a Saint-Josse avec des logements publics octroyés de manière préférencielle à des proches d'échevins... Tant l'ancienne que la nouvelle génération, tant la Wallonie que Bruxelles...

phd a dit…

Bonjour, concernant la voiture de fonction d'Elio ("une Audi", mais A8 quand même...), j'aurais aimé que vous ne vous contentiez pas d'une réponse préformatée à la limite de la démagogie. Certes, il assume ses choix et dit parcourir 120000 km/an pour ses obligations professionnelles, mais il n'est peut-être pas indispensable d'utiliser pour cela le "confort" de la plus grosse voiture de la gamme (ne parlons pas de la cylindrée, prix catalogue minimum 65000 EUR, émissions de 226 à 358 grammes de CO²/km). Objectivement: l'utilisation d'un modèle inférieur (A6) ne serait à mon sens pas une punition et contribuerait à réduire DE MOITIE les émissions (167 grammes de CO²/km contre une moyenne de 300 pour l'A8). "On me dit que les émissions sont maîtrisées" : c'est un peu faible!

phd a dit…

A part cela, eLio dit ne pas vouloir pénaliser "le petit jeune" qui n'a pas les moyens de se payer une voiture qui pollue moins, contre "la personne bien établie" qui, elle, peut s'en payer une (ou deux)... C'est pour moi aussi de la pure démagogie idéologique. Les enjeux environnementaux sont là, et il est temps de faire changer les mentalités pour le bien des générations suivantes.